café langue – samedi 27 avril 2013 de 15h à 18h

Le français, on le partage autour d’un verre

Rendez samedi au Bar-Maison des Poètes

CULTURE RAPIDE

103 rue Julien Lacroix – 75020 Paris

M° Pyrénées ou Belleville
affichecafé01

Publicités

Un mois après le rallye, les retrouvailles !

Ce 24 novembre,  à peine plus d’un mois après le rallye, l’équipe du projet Le français en partage réunissait participants francophones et apprenants, partenaires et bénévoles du rallye à une après-midi de retrouvailles.

Au programme :

Une après-midi bien remplie autour d’un goûter où le partage prenait une dimension concrète. D’autres initiatives sont en préparation. Restez à l’écoute !

PS. : merci au Relais Ménilmontant de nous avoir gracieusement prêté leur salle des fêtes.

Le rallye sur Télé Belleville

Riccardo Cavaliere et Chia-Huei Lin ont suivi une équipe du rallye avec leur caméra. Ils signent un reportage pour Les Productions Bellevilloises : « La Langue à partager, un rallye à Belleville pour redécouvrir le français ».

Un grand merci aux réalisateurs et à Nicolas Asseray, président de l’association Les Productions Bellevilloises, qui a d’emblée soutenu notre projet.

Découvrez d’autres vidéos locales des Productions Bellevilloises sur Télé Belleville.

Le texte des slams des retrouvailles

SlamAnimé d’une main de maître par notre ami Pilot (de Slam Production et Culture Rapide), l’atelier a donné lieu a une abondante production écrite. Extraits.


A cette minute en Colombie c’est le matin

A cette minute à Paris c’est la nuit

A cette minute en Colombie il fait froid

A cette minute à Paris dans cette salle il fait chaud

A cette minute en Colombie on mange un petit peu

A cette minute à Paris c’est la réunion du rallye

A cette minute à Paris je suis avec vous

Bravo !

par Melba

A cette minute on est là

Ils marchent pour le Mali

Les supporters de PSG se préparent à suivre leur match

A Belleville on parle chinois dans les boutiques

Les enfants jouent dans le parc

A Belleville certains boivent leur bière au café

A Belleville chacun parle sa langue

A Ménilmontant on partage le français

A cette minute il y a des gens morts de faim

Il y a des gens pauvres qui manquent de médicaments

A cette minute il y a des gens qu’on a tués

Il y a des inondations dans mon pays

Il y a des tremblements de terre dans quelques pays

Dans mon pays il y a des guerres

Il y a des manifestations

Il y a des gens morts dans les prisons, des gens morts de maladie

A cette minute il y a des associations qui donnent pour des gens qui ont faim

A cette minute j’essaie d’écrire en français

A cette minute je n’arrive plus à lâcher le stylo

A cette minute je commence à avoir chaud

A cette minute je suis fatiguée

J’ai mangé trop de gâteaux

par anonyme (qu’il/elle se fasse connaître)

A cette minute j’ai faim

A cette minute je manque d’idée

A cette minute je pense à la femme emplie de tristesse tout près de nous

A cette minute il y a des milliers de personnes qui meurent dans la guerre

A cette minute il y a des personnes qui souffrent de maladie

A cette minute des gens meurent de faim

A cette minute il y a des milliers de personnes qui naissent

A cette minute des personnes sont guéries

A cette minute ils n’ont pas peur d’avoir faim

A cette minute beaucoup de gens se haïssent

A cette minute des gens s’aiment aussi

par Lassana

A cette minute à Paris il fait froid

A cette minute c’est l’hiver la nuit arrive tôt

A cette minute je suis à Belleville

A cette minute à Kinshasa il y a une petite guerre

A cette minute à Kinshasa il fait chaud

A cette minute de Paris à Kinshasa tout le monde danse

A cette minute je suis triste

A cette minute le français est ma langue préférée

par Mavubu Pedro Joanala

A cette minute je mange du chocolat

A cette minute ma copine italienne est partie en Italie

A cette minute ma sœur Rim est partie

A cette minute je mange

A cette minute je mange le stylo

A cette minute je mets le foulard

A cette minute il faut plus de solidarité

Il faut que les médecins soient moins chers

Il faut que les prix baissent

Il faut que les logements soient moins chers

Il faut que les prix des vêtements soient moins chers

Il faudrait pouvoir voyager plus facilement

Il faut du travail pour tous

J’ai deux enfants en Egypte

par anonyme (qu’il/elle se fasse connaître)